Budgets du CE : quelles indemnités de rupture entrent dans l'assiette de calcul ?

S’agissant des sommes dues à la rupture du contrat de travail, un arrêt du 22 mars 2017 (Cass. soc. n° 15-19.973 FS-PB) précise que celles ayant un caractère salarial ne sont pas à déduire. Ainsi, les indemnités compensatrices de congés payés, de conversion monétaire du compte épargne-temps et de contrepartie obligatoire en repos ne sont pas à retrancher.

S’agissant de l’indemnité spécifique de rupture conventionnelle, l’arrêt la soumet au même régime que l’indemnité de licenciement : sa part excédant l’indemnité légale ou conventionnelle est à retirer de la masse salariale prise en compte.

Sauf engagement plus favorable, la masse salariale servant au calcul de la subvention de fonctionnement et de la contribution patronale aux activités sociales et culturelles du comité d’entreprise s’entend de la masse salariale brute inscrite au compte 641. Il convient toutefois d’en retrancher ou d’y ajouter certaines sommes définies par la Cour de cassation (notamment : Cass. soc. 20-5-2014 n° 12-29.142 FS- PB ; Cass. soc. 31-5-2016 n° 14-25.042 FS-PB)